Audit & Evaluation
Qualité
28/05/2019 13:47:09

Fonction QSE : ISO 9001, 14001, 45001, le tiercé gagnant

Approche risque renforcée, implication des salariés accentuée, exigences de procédures simplifiées... Les versions 2015 des normes volontaires ISO 9001, 14001 et bientôt 45001 changent la donne dans l’entreprise. Comment impactent-elles la fonction de responsable QSE ? Réponse avec deux formateurs de AFNOR Compétences.
 

a_reference(1).png

Fonction QSE : ISO 9001, 14001 et 45001, le tiercé gagnant 

 
S’il y a un métier qui a appris à se réinventer, c’est bien celui de responsable QSE ! A peine les normes volontaires ISO 9001  et 14001  sortent-elles de révision qu’il doit aujourd’hui se préparer à l’arrivée de l’ISO 45001… En effet, cette première norme internationale sur les systèmes de management de la santé et la sécurité au travail est annoncée pour 2017. Sa construction s’est appuyée en particulier sur deux référentiels : d’une part la norme britannique BS OHSAS 18001 (exigences relatives aux systèmes de management de la santé et la sécurité au travail) et d’autre part le document ILO-OSH 2001 (Principes directeurs concernant les systèmes de gestion de la sécurité et de la santé au travail) de l’Organisation Internationale du Travail. A terme, la future ISO 45001 devrait d’ailleurs remplacer l’OHSAS 18001. 

Qu’apportent ces nouveautés normatives pour les responsables QSE ? D’abord, elles renforcent la fonction  dans un rôle de management stratégique : « Les responsables QSE se voient confier des responsabilités de soutien et de coordination pour les actions à mettre en œuvre. Leur leadership est renforcé », explique Frédéric Mounier, consultant formateur chez AFNOR Compétences, spécialiste du sujet, comme il l’explique sur notre blog. Surtout avec la perspective de l’ISO 45001 : cette norme volontaire place l’Homme au centre des préoccupations de l’organisation, en incitant à la participation active des salariés et de leurs représentants. « Les fonctions QSE seront évidemment de la partie, comme acteurs de la performance et de la maîtrise des risques », souligne Frédéric Mounier.
 
Des outils stratégiques pour les organisations

Deuxième point : la fonction QSE va pouvoir penser globalement « système », avec une seule et même « méthode » : dans leur nouvelle version, les normes ISO 9001 et 14001 et la future 45001 facilitent l’intégration des systèmes de management en s’appuyant sur l’approche processus. « Pour la fonction QSE, cela offre la possibilité d’opter pour des approches combinées, précise Eric Vanin, consultant formateur chez AFNOR Compétences. En effet, les trois référentiels adoptent la même structure  et de nombreuses exigences communes. Ils permettent de croiser les trois thématiques (qualité, environnement et sécurité), pour répondre aux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux des organisations. »

Ces normes volontaires, encore faut-il les utiliser ! Ne pas s’appuyer sur ces normes volontaires, c’est prendre le risque de ne pas maîtriser des exigences que vous devrez connaître et mettre en œuvre demain. Ainsi, « l’ISO 45001 inscrit la démarche SST dans une stratégie globale de l’entreprise visant à élargir la prise de décision à d’autres parties prenantes que le top management, à former plus de managers et de salariés à la santé et la sécurité », explique Eric Vanin.

En vous formant aux évolutions des normes et en devenant des utilisateurs convaincus, vous faites donc acte d’anticipation et de réactivité. Vous vous sentez démuni ? AFNOR Compétences propose une gamme de formation dédiée aux problématiques QSE et à l’intégration de systèmes de management :

« Les normes QSE, identifier les exigences de l’ISO 9001, ISO 14001 et ISO 45001 »
« Analyse des risques QSE : hiérarchiser pour mieux maîtriser les risques »
« ISO 45001 : découvrir les exigences de la norme »
« Faites migrer votre système QSE vers les nouvelles normes ISO 9001- ISO 14001-ISO/DIS 45001»

Dires d’experts

« Comprendre les enjeux et points clés de la future norme internationale »
« Système de management intégré ISO 9001, ISO 14001, ISO 45001 : comprendre les nouveaux enjeux »