23/03/2020 08:27:16

Apprendre à organiser et animer une classe virtuelle, un remède au confinement

Le confinement est une nécessité face à l’ampleur de la pandémie du COVID-19. En tant qu’acteur de la formation, nous devons profiter de la situation pour avancer et nous moderniser avec les nouveaux outils d’animation pédagogique comme la classe virtuelle.

AdobeStock_174055146 (1).jpeg

Ces derniers mois, le monde de l’entreprise, et la société plus généralement, ont été marqués par de nombreux événements perturbateurs, malmenant sérieusement la continuité des activités. Qu’il s’agisse du mouvement des gilets jaunes, des grèves contre la réforme des retraites et depuis une semaine, du confinement nécessaire pour endiguer l’épidémie de coronavirus, les actifs sont de plus en plus nombreux à reporter ou limiter leurs déplacements. Le monde de la formation est particulièrement touché. Pourtant, des solutions existent pour poursuivre ses activités presque comme si de rien était.

Pour répondre aux fermetures des établissements scolaires annoncées par le président de la République pour lutter contre la propagation du COVID-19, tous les regards se sont tournés vers les classes virtuelles. Ce sont elles qui permettre dans certains établissements, d’assurer la continuité de l’apprentissage des écoliers, via Internet. Une mesure qui s’étend désormais à tous les établissements recevant du public, et qui demande donc aux organismes de formation de se passer de présentiel.
 

Classes virtuelles : se former pour bien les animer

Mais attention, comme le souligne Franck Bermond, consultant et formateur pour AFNOR Compétences, « il faut bien différencier une classe virtuelle d’une réunion à distance, ou d’une visio-conférence ». En effet, poursuit Franck Bermond, « une classe virtuelle, c’est un vrai module de formation. Ce n’est pas simplement une discussion ouverte, il y a un vrai déroulé, un contenu riche, des modalités et des règles que l’animateur devra suivre. Par exemple, comment faire réagir, faire interagir, intervenir les participants. » Et cela ne s’improvise pas ! Un formateur devra ainsi se familiariser avec les outils d’animation à distance, apprendre à impliquer les participants, à maintenir leur attention tout au long de la classe virtuelle. Si bien que lui aussi, il doit se former !

Et comme c’est en forgeant que l’on devient forgeron, ces « formateurs-formés » réalisent la formation… à distance. Un vrai plus pour Franck Bremond, car les apprenants vivent la classe virtuelle, « ils voient les éventuelles difficultés de mise en œuvre : visuel trop petit sur l’écran, perte d’attention, etc. Ils sont confrontés à la réalité du participant d’une classe virtuelle, celui qu’ils auront devant leur écran plus tard. Par la suite, ils seront amenés à animer 15 minutes de classe virtuelle pour les autres participants à la formation. »
 

La fonction QSE au cœur de la transformation digitale

Cette formation pour formateurs, c’est « comment préparer et animer une classe virtuelle ». « L’idée est de proposer une offre de formation en distanciel pour aider les consultants-formateurs à adapter des formations dites ‘traditionnelles’ (en présentiel) au contexte actuel », résume Claudine Vallon, responsable Digital et Social learning chez AFNOR Compétences. Une offre qui s’inscrit dans le sillage des nouvelles formes de travail et de conversations à distance, et qui parlera vite aux formateurs évoluant ou ayant évolué dans les entreprises ultra-connectées.

Et ce n’est pas un hasard si c’est AFNOR Compétences qui la développe : AFNOR Compétences est leader des formations au management des domaines qualité, sécurité et environnement (QSE), or, à bien des égards, la classe virtuelle touche à cette thématique. En effet, les outils d’e-learning, et la transformation digitale en général, remette en cause la notion de relation client, une pièce maîtresse de la fonction qualité dans l’entreprise. « La fonction QSE est un acteur majeur de la transformation digitale des organisations, la situation actuelle est une opportunité pour elle de se positionner face à ces nouveaux enjeux et de montrer comment transformer une contrainte ou un risque en opportunité, tout en démontrant son agilité et sa compétence digitale », conclut
Claudine Vallon.

Pour en savoir plus sur la formation " Comment concevoir et animer une classe virtuelle" cliquez sur le lien ci dessous :
https://competences.afnor.org/formations/concevoir-et-animer-une-classe-virtuelle